Missions


L’ARBF a pour objectifs principaux de contribuer à la promotion du développement régional, à l’enracinement de la culture démocratique au niveau local et au renforcement de la décentralisation.
Au regard des buts et objectifs définis dans les documents constitutifs de l’ARBF et de l’état des lieux dressé ici, les enjeux et défis de l’ARBF sont importants.


Les enjeux


L’enjeu principal est de faire de la région, dans les domaines de compétences transférées, un échelon susceptible de dynamiser l’efficacité de l’action du secteur public au profit des populations. D’autres enjeux existent :

  • Le transfert des compétences et des ressources prévus par la législation.
    Pour en bénéficier les conseils régionaux se doivent d’accroître leur niveau d’appropriation des collectivités territoriales. En effet le CSMOD précise que le transfert des compétences et des ressources est guidé par le principe de progressivité, c’est-à-dire qu’il s’opère graduellement en fonction du niveau d’appropriation des collectivités territoriales et des capacités de mise en œuvre par l’État.
     
  • L’appropriation citoyenne de la décentralisation
    Pour atteindre son objectif participatif, la décentralisation nécessite de gros efforts de sensibilisation et d’information des populations du Burkina Faso.
     
  • La promotion du développement local et le financement de la décentralisation
    La précarité des finances locales et la faible maîtrise par les collectivités territoriales de la réalisation des équipements par les partenaires ne favorisent pas l’atteinte d’un développement humain durable, participatif et maîtrisé.
     
  • La promotion du secteur privé local
    L’économie burkinabè est tributaire d’une économie mondiale qui connaît de plus en plus de crises financières et économiques. Cet environnement, dans lequel elle évolue, requiert une ouverture vers le marché extérieur avec des produits hautement compétitifs. Il est donc nécessaire de créer des opportunités pour améliorer la compétitivité du secteur privé local s’impose.
     
  • Le renforcement de l’interface entre les différents acteurs majeurs.
    La nécessité de création de structures s’investissant dans le renforcement de l’interface entre l’Etat, la société civile et le secteur privé tel le PARECAP (Projet de renforcement de l’interface entre Etat, société civile et secteur privé) est révélatrice d’un climat social qui a constamment besoin d’être apaisé à travers la promotion du dialogue social. Les régions collectivités ont un rôle majeur à jouer dans les actions de médiation pour assurer et consolider la paix sociale qui est un élément fondamental du développement du Burkina Faso.
     


Défis


L’ARBF devra faire face à de nombreux défis. Il s’agira notamment de :

  • répondre aux préoccupations des fondateurs, de faire de l’ARBF une structure opérationnelle d’informations, de concertation et de services au profit de toutes les régions du Burkina Faso ;
  • contribuer à l’approfondissement de la décentralisation en tant qu’outil de développement socio-économique et de promotion de la démocratie au niveau régional ;
  • contribuer à faire jouer pleinement à la région collectivité, le rôle de promoteur du développement et d’approfondissement du processus de décentralisation au Burkina Faso ;
  • œuvrer à développer un partenariat efficient en appui au développement des régions. 


Si le défi majeur des régions collectivités est de réunir les capacités et les ressources à l’appropriation et à la mise en œuvre des objectifs de la décentralisation, celui de l’ARBF est de pouvoir être une facilitatrice efficace de chaque région dans l’accomplissement de ses missions.


La prise en compte des enjeux et défis ci-dessus présentés permettra à l’ARBF de mieux assumer son rôle d’interface et d’accompagnement des actions de développement.

 
 
Partenaires

 
Nous sommes membre de ...